PoèmeD’unJour:12.4.19.

 Seul ;

devant un monde
endormi
scellé à jamais,
trésors entassés,
dorures préservées,
jamais touché
un être allongé
préparé pour l’éternité

Humblement
pioche à la main
le premier
à entrer
dans ce passé
multimillénaire intouché

le temps s’est arrêté
sur un faste entremêlé


Fièrement il entre ;
s’attend à rencontrer
un représentant
doré
prêt à discuter,
de son rôle,
de son époque,
comme si de rien n'était

Mais personne ;
juste lui et l’allongé,
trois mille ans d'écart

Un vivant et l’autre vivant de l’autre côté du monde


des copeaux de bois précipités...


le temps s’est bien arrêté


Par Pierre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s