PoèmeD’unJour:23|3.4.19.

Un jardin perdu
sauvage
loin du monde

Le vent...
le calme ...

Un banc
où on apprécie le
moment

Un banc avec un homme assis dessus
de nombreux arbres
libres de grandir
aux feuillages massifs
de nombreuses fleurs
aux couleurs éclatantes
richesses florales éphémères

Le chant des oiseaux onirique
en fond sonore

Un homme ;
oublie
ses soucis
ses douleurs
ses brûlures
qui il est
oublie...


Redeviens
et reste ;
juste un homme
assis 
les yeux fermés
écoutant religieusement


les mésanges…,
moineaux...,
et autres rouges-gorges...
lui chanter

la mélodie du bonheur




Par Pierre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s