PoèmeD’unJour:26|2.4.19.

      Ce matin-là
elle prend ma main avec la sienne
ses doigts fins enlaçaient mon poignet


Elle soulève sa chemise
blanche
me dévoilant son ventre
je me rappelle de ce petit duvet à la surface
et de ces petites veines bleues


Et

Elle me la dépose délicatement dessus
aucun mot dit
je ne sais plus combien de temps s’est écoulé


Je sens sa peau fraîche, fragile
sous ma main chaude

Son cœur s'emballe

Je lève la tête, la regarde
elle fait de même
lentement


Nous sourions
, heureux
...
, Parents


Et
Je l’embrasse
je l’embrasse
comme la première fois
aussi
passionnément
sauvagement

De ce matin-là je me souviens


Par Pierre

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s