PoèmeD’unJour:3|3.5.19.

Mes mains tremblantes  
mes yeux humides
je me force à te voir
sur cette vieille photo
tâchée de passé
lointain

La seule qui me reste de toi

Je m' efforce de ne pas pleurer
tu sais, c’est dur

Qu’il est loin ce temps
où je te voyais
sans intermédiaire

toute ta beauté
éclatait
sous mes pupilles
naïves
Tu rayonnais
de féminité
aux
grâces
illuminées


Mince,
une larme sur le sépia
J’en suis désolé
(Pleure à gros sanglots)

Par Pierre

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s