|A cœur Ouvert (AN I)|

Aujourd’hui, il y a un an jour pour jour je dĂ©butais mon blog. Je me interrogeais sur ce que je pouvais proposer pour marquer ce cap :

Deux articles en ce jour ? Des tableaux en cours de réalisation ?

Nan !


Voici mon histoire :



(Musique de Law&Order)


:

Nous sommes en dĂ©but du mois de fĂ©vrier 2019. Je me sentais seul dans mes crĂ©ations. Je me disais « mais personne ne va les voir ». Pas dans une volontĂ© de cĂ©lĂ©britĂ©, mais juste un regard extĂ©rieur sur celles-ci. Un besoin naquit en moi, une sensation forte, tenace. Au fil des jours cette sensation s’est accrue. Un blog ! J’ai passĂ© pas mal de temps Ă  trouver un nom pour mon blog, ce qui n’a pas beaucoup d’importance au final, hĂ©sitant entre diffĂ©rents sites.

,

Mais le 15 février je le crée, enfin Tout fier de moi : Internet, le Monde à portée de touches !

,

Le lendemain je crĂ©e mon premier article, j’y poste un tableau « Anneau Illuminateur » . (Le but premier du blog Ă©tait de montrer mes tableaux). Je me rappelle très bien de le faire. Je voyais toutes les possibilitĂ©s de la personnalisation de la page. Je n’ai pas passĂ© trop longtemps pour le crĂ©er, je crois. Plus tard dans la journĂ©e je voyais mes premiers « j’aime » ! Je me rappelle très bien d’un de mes premiers commentaires qui me conseillait de dĂ©couper la photo afin de voir que le tableau, et non plus le tableau et le parquet par exemple. Je me suis dis un article par semaine en alternant tableaux et photos. Ça me semblais bien pour commencer. Ça suivait son cours tranquillement. Mais quand mĂŞme les tableaux arrivaient un peu trop vite Ă  mon goĂ»t. Comme ce sont mes crĂ©ations personnelles, que je considère avec importance, ce sont mes bĂ©bĂ©s en quelque sorte. J’ai voulu les montrer avec parcimonie, ne pas tout montrer d’un coup, d’une part pour ne liquider les stocks trop vite mĂŞme si je peux me permettre d’en publier plus de temps en temps. D’autre part pour montrer l’importance qu’ils ont pour moi. Vers le 5 avril, dans un moment oĂą tout fait sens, le soir. Des poèmes ! Les titres de mes tableaux deviennent de plus en plus imposants, essentiels. Les mots ont toujours fais partis de mes crĂ©ations picturales depuis le dĂ©but par l’intermĂ©diaire des titres. J’avais cette excitation oĂą tout est possible, je pris une feuille et inscris dessus PoèmeD’UnJour. (Support visuel pour accompagner les poèmes). Le lendemain, je commençais mes poèmes. Tout ce qui me passait par la tĂŞte, sans censure. Une nouvelle page crĂ©ative, un nouveau moi artistique du au blog. Je me suis achetĂ© un carnet, toujours dans la poche, pour noter toute inspiration venant, pour ne pas la laisser s’Ă©chapper et garder l’authenticitĂ© des mots du moment prĂ©cis. Et voir les rĂ©sultats de ces poèmes, qui faut le dire permettaient de boucher le trou dans le blog, m’ont surpris. De voir des blogueurs spĂ©cialistes de poèmes mettre des « j’aime » me surpris d’autant plus. Chaque jour j’ en Ă©crivais sur tout. Je ne me voyais pas comme « Ă©crivain » mais j’ai pris beaucoup de plaisir Ă  Ă©crire. Au final les poèmes sont la suite logique des titres que je dĂ©veloppe pour les tableaux et cansons ainsi que pour les sĂ©ries de photos mais lĂ  sans support visuel, sans appui, juste les mots.

,

,

VoilĂ  j’Ă©tais enfin dans une harmonie. Les articles sortaient non plus un par semaine mais deux ou trois par semaine. Ça a Ă©voluĂ© comme ça, je pouvais alterner entre photos, tableaux et poèmes. J’Ă©tais vraiment content de la tournure que le blog prenais. Mais au fond de moi j’Ă©tais comme bloquĂ©, emmurĂ© par un truc qui me chagrinait. VoilĂ  j’avais commencĂ© par montrer mes tableaux de la pĂ©riode « Jonglerie », de la couleur, du mouvement, quelque chose de joyeux. C’est sympa comme peinture. Mais ce n’est pas le moi artistique complet. Je n’ai pas fait que ça, et je ne fais plus ça. Je devais montrer tout mon Art, toute les pĂ©riodes pour que les personnes n’aient pas une vision tronquĂ©e de mon travail. C’est important, primordial. VoilĂ  Pierre c’est ça, ça et ça. Pour comprendre un tableau, c’est nĂ©cessaire d’en connaĂ®tre le contexte. Parce que je me disais « voilĂ  quand j’aurais finis avec la jonglerie, après c’est la pĂ©riode sensualitĂ©, fĂ©minitĂ©, puis la sexualitĂ©. Qu’es-ce que les gens vont en penser ? » Ça me travaillait. Ça me travaillait beaucoup. J’ai eu un dĂ©clic quand j’ai montrĂ© Ă  une amie mes tableaux. Au vue de sa rĂ©action, c’Ă©tait le moment, le moment pour montrer mes autres thèmes. Tout excitĂ© dans la crĂ©ation de cet article, le 8 aoĂ»t, je publie « J’ose!«  (maintenant sous le nom « Papillon Aux PĂ©tales Lumineux ; DĂ©licatesse De Vie » ). Pour moi en mettant j’ose, c’Ă©tait comme de la provocation avec moi-mĂŞme ; je montrais des vulves au monde (maintenant je vais plus loin que ça mais ceci est une autre histoire), j’avais peur de paraĂ®tre bizarre en peignant des sexes fĂ©minins. Les rĂ©actions Ă  cet article ont Ă©tĂ© superbes, j’ai Ă©tĂ© surpris par tant de gentillesse. Ça me lĂ©gitimise dans mes crĂ©ations, mĂŞme si dans le fond c’Ă©tait qui j’Ă©tais, qui je suis, mais une acceptation d’un public donne envie de poursuivre dans cette voie . Depuis ce jour j’ai Ă©tĂ© libĂ©rĂ© d’un poids. D’un poids pesant. Wouah, ça fait un bien fou. FOOOUUU ! Je suis L I B R E !

,

VoilĂ  maintenant j’ai montrĂ© un peu plus de ce que j’ai fait mais pas tout. Je me sens plus libre. Je prends de plus en plus de plaisir Ă  crĂ©er des articles au quotidien pour le blog. Avant je mettais les photos et point barre. Maintenant je crĂ©e tout un univers, une ambiance pour accompagner les photos et le titre. J’adore le faire. Je crĂ©e pour le blog avec d’autres crĂ©ations. J’ai aussi appris Ă  aimer commenter les autres blogs, Ă  rĂ©pondre aux commentaires. Chose toute nouvelle pour moi. Dernièrement j’ai publiĂ© un tableau de ma pĂ©riode sombre. Un moment intense d’un passĂ© tourmentĂ© mais qui est mon dĂ©but artistique. Bien sĂ»r ce n’Ă©tait pas le mĂŞme besoin. La mĂŞme nĂ©cessitĂ©. J’ai remarquĂ© que les deux articles que j’ai faits Ă  ce sujet m’ont beaucoup chamboulĂ©s, ravivĂ©s des souvenirs lointains durs. Ce ne sont pas que de la peinture, c’est bien plus pour moi bien sĂ»r. Des Ă©motions. Une histoire ou plutĂ´t un passĂ©. Je les montrerais avec parcimonie. C’est trop violent. Ce ne sont pas des tableaux anodins.

,

VoilĂ  maintenant tous mes thèmes sont montrĂ©s au moins une fois. Les premières fois sont faites ! Je suis content, heureux du rĂ©sultat rĂ©alisĂ© en un an. Tellement inespĂ©rĂ©. Pour moi dĂ©jĂ  atteindre 50 abonnĂ©s c’Ă©tait fou ! (Je sais que les abonnĂ©s, les chiffres ça ne fait pas tout). Surtout quand on dĂ©marre de 0, c’est un aboutissement de voir ce chiffre grandir. J’en suis fier! Pour vous c’est peut-ĂŞtre pas grand chose mais pour moi ça veut dire beaucoup. C’est extraordinaire d’avoir une « audience » Ă  qui partager ses crĂ©ations. J’ai grandi en publiant, en osant. J’ai pris de la confiance, chaque jour un peu plus. Je m’affirme en tant qu’individu, en tant qu’artiste grâce Ă  vous, Ă  vos visites, vos commentaires. J’aime beaucoup me dire « qu’est-ce que je vais bien publier? », j’aime aussi me dire « ils ne savent pas ce que je leur prĂ©pare ! ».

,

C’est vraiment ce qui me manquait ce blog, cet union artistique oĂą tous mes univers se rĂ©unissent en un endroit. Il me reste tellement de choses Ă  vous prĂ©senter mais chaque jour mĂ©rite son article ! Faut pas pousser mĂ©mĂ© dans les orties quand mĂŞme 🙂

,

MERCI d’ĂŞtre rester jusqu’Ă  la fin. J’espère vous avoir emmener dans l’aventure qu’est pour moi le blog, de la genèse, en passant par mes divers Ă©motions, mes Ă©tats d’âmes et les coulisses.

Pierre B.