PoèmeD’unJour:31|2.03.20.

Le nombre grandit

De dizaines
en centaines 
en milliers

A la même heure
la même tête
la même mèche

Annonçant
le nombre nouveau  

La comparaison
avec les Autres

Les statistiques 
en courbes
si abstraites

Les combattants
à la rupture

De l’horreur
à l’habitude
seulement
quelques jours 
suffissent

Les morts 
anonymes
sans visage
sans nom 
s’amoncellent

En une forêt de 
cercueils 

Lassitude
grandissante
de jour en jour

Tel on touille son café
la morbide routine
s'est installée 
à nos côtés
nous choyant
nous épaulant


Qu'il est loin le temps
de l'insouciance




Par Pierre B.

[Écrit pendant la pandémie Cov-19, Confinement
   Jour 15]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s