PoèmeD’unJour:12|2.7.19.

Mes mains

osent,

osent,

la courbure

de son corps,

épouser au plus près

de cet érotisme graphique


Mais


Je n’ose continuer

mes gestes

dans le souvenir

tactile

intact



Sa sensualité

s’éloignera de moi

au plus vite

si loin

me laissant 

misérablement

pauvre

à nouveau 



         Par Pierre B.

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s