PoèmeD’unJour:13|4.7.19.

Assise,
le dos nu,
colonne apparente,
ses cheveux,
de la dentelle,

Son visage,
ses courbes
s’effacent
dans le creux
de son épaule
dans la pénombre
du matin

méditant
le temps
silencieux

Sans parole
exprime
sa sensualité
si subtile, 
si mystérieuse
dans le clair-obscur 
du lit défait


Par Pierre B.

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s