PoèmeD’unJour:22|2.7.19.

¶______________________________________________________¶
Le rideau de velours rouge,
je le prends de mes mains,
éblouis,
je me brûle de cette lumière matinale,
je l’aperçois,
reconnais son pull cachemire bleu
que je lui avais offert,
elle monte dans un taxi

Va-t-elle se retourner ?
me faire un signe ?

Je ne sais plus ce qui s’est passé
cette nuit-là

Entre
étreintes langoureusement charnelles
et
engueulades violemment crues

Je réalise que 
c’est sûrement
la dernière image
que j’aurais d’elle

Ses cheveux, 
noirs, 
au vent, 
comme suspendu dans le temps
   
La sensualité incarnée

Autant ne pas la gâcher
avec mes états d’âme
embrouillés
d'alcool, de café et de clopes


Mais 
Qu'ai-je bien pu faire pour qu'elle s'enfuit ainsi ?


Tout avait pourtant si bien commencé...
¶______________________________________________________¶



Par Pierre Blanchard

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s