PoèmeD’unJour:15.8.19.

______________________________
J’ai rêvé
être une femme
le matin devant la glace.
Je me suis apprêté, apprêtée.
Le rouge-à-lèvre maladroitement
l'eyeliner grossièrement,
le fond de teint épais.
J’étais content, contente
de moi pour une première fois.
Je me suis fait, faite un chignon
du mieux que je pouvais.
J’étais ravissant, ravissante.
Un petit tailleur noir
avec une chemise blanche.
Je suis sorti, sortie pour le travail.
Des regards.
J’ai continué à marcher droit, droite.
Des regards appuyés, lourds.
Je commençais à avoir mal aux pieds
avec ses hauts-talons.
« Oh madmoiselle, t’es trop bonne »
« Tu veux mon 06 ? »
Je ne comprenais pas, 
il n’y avait personne autour de moi.
J’étais seul, seule.
Alors je me suis souvenu, souvenue qui j’étais.
J’ai accéléré,
plus vite,
les deux balourds
me suivaient,
« oh la pute, tu vas me répondre. Je te parle. »
je regarde mon téléphone,
pas de réseau.
la panique !
Je me mets à courir,
trébuche,
m'étale au sol...


Je me réveille en sursaut.


Cette nuit-là 
j'ai compris 
beaucoup de choses.
___________________________



Par Pierre Blanchard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s