PoèmeD’unJour:19|3.8.19.

Une main sur sa joue
;
Les cheveux tombant
;
Cette lente approche
où
Le temps disparait
;
Les deux visages de côtés
;
Le fort désir
;
Les yeux se ferment
;
Lèvres contre lèvres
bouche contre bouche
;
Elles se donnent enfin
à l’autre
;
Tendrement
;
Comme dans les films
;
Le noir et blanc
en moins
;
Puis 

Leur ardente passion
éclate
au grand jour 



Par Pierre Blanchard

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s