PoèmeD’unJour:16|2.9.19.

Sur le bout de ses lèvres,
le goût interdit
de l’amour.
Décompte interminable
jusqu’au
samedi soir.
L’attente
dans
un hôtel miteux
en périphérie 
avec vue sur parking.
Prend une douche,
se parfume, se peigne
attend ;
impatient,
sa femme et ses enfants en pensée,
culpabilise.
Elle frappe, c’est elle c’est sûr.
Trente ans de moins,
un cul généreux,
des seins opulents.
Ils se jettent dans les bras,
s’embrassent,
se déshabillent
vite, si vite
qu'il se retrouvent déjà à poil,
baisant sauvagement.
Elle parce qu’il est riche
lui parce qu’elle est jeune.
Heureux,
la culpabilité disparue.
Se font des promesses
intenables,
ils le savent,
font comme de rien n'était,
se rhabillent
et se quittent.
Dans l'attente du prochain samedi. 

Par Pierre Blanchard

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s