PoèmeD’unJour:26|3.9.19.

Le fil léger
deux chênes anciens

De grands blancs brodés
nuances dégradés de lacté
ondulant au vent délicat



      ~Liberté~


Volupté d'une mer d’air

Une silhouette
élancée

Deux mains
aux épingles

Le vent épouse
les courbes du voile
changeant

Sensuel 
érotisme 
parcourant
redéfinissant 
le corps
indéfiniment 
dans une autre 
dimension 
aux sens chamboulés
bousculés 
tourneboulés 
où la réalité se trouble 
à l'imaginaire fantasmé 



Par Pierre Blanchard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s