PoèmeD’unJour:5.10.19.

Il les connaît bien les morts Henri, bien plus que la majorité des gens.
Comme il dit, il est le dernier lien. Ah bien sûr au début c’était dur, et je pèse mes mots. Très dur. Le premier contact avec le corps sans vie, allongé. C’est quelque chose, t’as l’impression qu’il va te parler du dernier Paris-Lille, des inondations dans le Tarne ou de ma coupe de cheveux. Il n’a pas fait le malin le Henri. Il a vomi comme tout le monde. Le deuxième jour, il m’a dit quoi déjà, ah oui ! «J’arrête, j'peux pas, c’est pas possible, c'est horrible !» Un truc de ce genre. Mais il est revenu. Alors y paraît quand son grand-père Jean est décédé, il a été comme appelé, à vouloir les accompagner jusqu’au bout. C’est pas souvent, même jamais, qu’on a une vocation pour être croque-morts. Bon on ne dit plus croque-morts mais pompes funèbres. Il est revenu, a pris ses marques. Bon le plus dur c’est quand on prépare les gens du même âge qu'on a. Là c’est vraiment chaud. Bon je fais le malin. Mais quand t’en vois un, le matin, qui a ton âge, je peux te dire que c’est vraiment raide, que ça te retourne bien l'estomac. Il a su s'y faire. Un matin il s’est amené avec un radio-cassette. Je ne sais ce qu’il a mis, un truc de jeune sûrement, et là il s'est mis à danser. On ne peux pas dire que c’est un métier normal, mais avec Henri, il a su le rendre supportable. Il a un truc avec les morts, il leur parle. Du genre vraiment. Il essaie de les comprendre, de leur créer une vie, qui pense être la leur, sans les juger, juste en papotant avec eux comme si c'était ses amis. Bon dans le fond je pense que c’est pour pallier sa peur. Il n’aime pas trop dire à ses amis, sa famille ce qu’il fait. Il en a honte. Tu m'étonnes ! Mais lui c’est sa passion, il adore ce qu'il fait, il se sent utile. Je crois qu'il comprend plus les morts que les vivants. Quand on lui parle il est pas à l'aise mais quand il est seul avec un mort il est heureux. C'est bizarre, je sais mais c'est comme ça. Donc voilà ça c’est Henri. On en voit pas tous les jours des comme ça. Je te le dis. Moi je voudrais bien être préparé par lui, je lui dis ça des fois , on en rigole. Mais bon c’est comme ça.


Par Pierre Blanchard



Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s